TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 19/02/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Pauvre Netanyahou !
Date of publication at Tlaxcala: 22/10/2015

Pauvre Netanyahou !

Luc Delval

 

À l’occasion de son discours devant le 37ème congrès sioniste mondial, le 20 octobre 2015 à Jérusalem, Benyamin Netanyahou a déclaré: « Le Mufti de Jérusalem (…) s’est rendu à Berlin [en 1941]. Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs à cette époque, il voulait expulser les Juifs. Et Hadj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et lui a dit : “Si vous les expulsez, il vont tous venir ici [en Palestine]”.Alors que devrais-je faire d’eux ?”, a demandé Hitler.Brûlez-les”, lui a-t-il répondu. »

Non seulement ce récit halluciné est une grossière falsification de l’histoire, mais il est puéril (imagine-t-on qu’Hitler ait eu besoin des conseils de son visiteur pour savoir que faire des Juifs, et que Husseini ait dit “ici” pour parler de la Palestine alors que l’entretien avait lieu en Allemagne ?), au point que le Premier ministre israélien paraît ignorer que la « solution finale » adoptée par les nazis et qu’ils ont mise en pratique dans des camps d’extermination consistait non pas à brûler les juifs mais à les gazer. Le four crématoire, quand il fut utilisé, était destiné à se débarrasser des cadavres et non à en « fabriquer ». On hésite à parler de «détail», et si c’en est un, l’ignorance abyssale dont fait preuve Netanyahou donne un aperçu du crédit qu’on peut lui accorder.

S’agissait-il pour autant, comme on l’a lu après son discours, pour lui d’amoindrir les responsabilités d’Hitler ?
Si c’est le cas, c’est uniquement comme une conséquence de la poursuite de son objectif premier, la « nazification » du Grand Mufti de Jérusalem, chose à quoi les dirigeants israéliens se sont employés depuis fort longtemps. Et peut-être, accessoirement (ou pas ?), s’agissait-il aussi de faire une amabilité à cette Allemagne contemporaine où il doit se rendre très prochainement et qui se montre si compréhensive vis-à-vis d’Israël qu’elle bloque toute initiative sérieuse de l’Union Européenne visant à forcer le gouvernement Netanyahou (de même que ses prédécesseurs et ses successeurs) à respecter les normes minimales du droit international et les résolutions de l’ONU, et en outre lui vend des sous-marins à prix d’ami.

Pour autant, et exceptionnellement, on peut se dire que certains jettent la pierre à Netanyahou un peu vite, et un peu fort. Tout se passe comme si on découvrait soudain que les plus hauts dirigeants israéliens cherchent à faire passer les dirigeants palestiniens pour des nazis assoiffés de sang juif. Et un peu fort, parce ce qu’il a dit n’est pas totalement inexact, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre progressive de la « solution finale», même si bien entendu ses affirmations quant au rôle de Husseini restent de la plus haute invraisemblance. Reprenons…

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_11895.jpg

La « fameuse » rencontre entre Hitler et le Grand Mufti en 1941, au cours de laquelle celui-ci a selon B. Netanyahou subjugué le dictateur nazi…

En 1960, à la veille du procès d’Adolf Eichmann, la presse israélienne imprimait quotidiennement pratiquement les mêmes âneries que celles que profère aujourd’hui Netanyahou, avec David Ben Gourion faisant office de souffleur.

Citons l’historienne Idith Zertal, dans son livre « La Nation et la Mort » [1], qui souligne qu’à cette époque en Israël « les actions d’Eichmann – et d’autres criminels nazis – étaient rarement évoqués sans qu’y soit ajoutée une dimension arabo-nazie » :

«Le témoignage d’Eichmann devant le tribunal, prétendaient les journalistes israéliens, allait révéler le véritable rôle du Mufti dans l’élaboration du plan d’anéantissement physique des Juifs d’Europe; on allait savoir comment il avait fait obstacle au sauvetage des Juifs et comment il avait incité Eichmann à les exterminer afin de « résoudre le problème de la Palestine ». Le lien créé entre le Mufti et la catastrophe juive était sans ambiguïté. Un journal israélien laissa entendre de façon subliminale que l’ordre nazi de mettre en œuvre le génocide des Juifs d’Europe était en fait inspiré par le Mufti. « Divers certificats et documents trouvés dans les archives européennes après la défaite des nazis, y lisait-on, prouvent que El-Husseini, le dirigeant le plus extrémiste que les Arabes aient jamais possédé, était un des plus importants collaborateurs d’Adolf Eichmann. Ce document indique que l’extermination physique des juifs d’Europe a commencé fin 1941, au moment de la visite du mufti à Berlin en novembre 1941.(pages 144-145) [2] »

Et Idith Zertal de poursuivre (pages 146 et suiv.) :

«La question du Mufti fut soulevée dès les premières audiences du procès. Dans son discours au nom de l’accusation, le procureur général Gideon Hausner déclara que, lorsque Eichmann avait rencontré le Mufti, les deux hommes firent une si forte impression l’un sur l’autre qu’El Husseini demanda à Himmler de lui fournir, dès qu’il entrerait à Jérusalem à la tête des troupes de l’Axe, un conseiller spécial issu de l’équipe de Eichmann pour l’aider à résoudre le problème juif de la même manière qu’il avait été résolu dans les pays de l’Axe. La presse se complut en détails, mis l’accent sur le « rôle » du Mufti dans le massacre des Juifs d’Europe et se répandit sur ses liens avec les dirigeants nazis. [3]

Des documents présentés à la cour prouvaient en effet que le Mufti avait essayé d’interférer dans les plans d’évacuation des enfants juifs de Bulgarie et de Hongrie. Une action absolument abjecte. Mais aucun de ces documents n’a pu démontrer que c’est l’interférence du Mufti qui a empêché le sauvetage de ces enfants, pas plus qu’ils n’ont pu étayer l’affirmation selon laquelle El-Husseini aurait été l’un des principaux promoteurs de la solution finale.

Malgré cette absence de preuves, le procureur israélien continua à grossir le « rôle » du Mufti dans la planification et la mise en œuvre des crimes nazis, consacrant de précieuses heures d’audience à cette question. La presse israélienne lui emboîta le pas. Sans parler du caractère juridiquement douteux de cette apparition forcée du spectre du Mufti dans la salle du tribunal de Jérusalem où Eichmann et le système nazi étaient mis en jugement, cette manœuvre contribua amplement à la distorsion et à la sous-estimation de l’ampleur et de la signification exceptionnelle des crimes nazis, ainsi que de la responsabilité de leurs véritables auteurs [4]. Elle était cependant conforme au caractère politique et didactique spécifique que Ben Gourion voulait imprimer au procès.

Mais l’exagération de l’image du rôle du Mufti dans l’extermination des Juifs d’Europe ne se limitera pas au cadre politique et pédagogique du procès Eichmann. Elle s’infiltra également dans l’historiographie sérieuse de la Shoah et trouva même sa place directement et indirectement dans une publication qui était censée constituer une source de connaissances indiscutable et faisant autorité sur la Shoah.

Dans son ouvrage sur la présence de la Shoah aux États-Unis, l’historien américain Peter Novick a signalé le fait ahurissant que le Mufti était dépeint par les rédacteurs de l’Encyclopédie de la Shoah comme un des grands planificateurs et promoteurs de la solution finale : l’entrée qui lui est consacrée est deux fois plus longue que chacune de celles qui sont dédiées à Göbbels et à Göring, plus longue que les deux entrées combinées correspondant à Heydrich et à Himmler, et également plus longue que celle consacrée à Eichmann. À quoi on pourrait ajouter que, dans l’édition en hébreu de l’Encyclopédie, l’entrée est consacrée à Hadj Mohammed Amin al-Husseini occupe presque autant d’espace que celle dédiée à Hitler.

Il est donc curieux que l’on s’étonne aujourd’hui d’entendre Netanyahou tenir des propos extrêmement similaires à ceux qui ont eu cours en Israël dès les années 1960, et dont David Ben Gourion en personne était un des grands inspirateurs.

On trouve d’ailleurs des traces de ce discours de « nazification » des dirigeants palestiniens passés et présents, et par extension des Palestiniens eux-mêmes, sans devoir se transporter ni jusque sur les rives orientales de la Méditerranée ni aussi loin dans le passé.

Il suffit d’ouvrir le « Dictionnaire amoureux du judaïsme » publié par Plon et Fayard en 2009, sous la signature de Jacques Attali. L’article « Palestine » du dictionnaire y est relativement bref – environ 2.000 signes, c’est quand même peu pour traiter de 4.000 ans d’histoire -, tant et si bien que l’auteur n’a pas trouvé la place (à moins bien entendu qu’il ne s’agisse d’oublis ?) pour évoquer  – aux côtés de Ben Gourion, Pérès, Rabin, Arafat, Lord Balfour,… – des événements aussi insignifiants que l’attentat sioniste contre l’Hôtel King David à Jérusalem (92 morts, en juillet 1946) ou la destruction de plus de 500 villages palestiniens en 1948, ou encore un personnage  aussi négligeables que Folke Bernadotte, médiateur suédois de l’ONU assassiné par le groupe terroriste juif Lehi en septembre 1948.

En revanche, il trouve la place pour évoquer la figure maléfique du Grand Mufti en fournissant cette précision remarquablement imprécise (pas de date, pas de source citée,…), dont il faut déduire que le Mufti, qui n’était à la tête d’aucun gouvernement et d’aucune armée et avait été nommé à son poste par les Britanniques, engageait jusqu’au dernier des Arabes (et donc pas seulement des Palestiniens) dans l’empire du mal nazi :

« Lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, les Arabes représentent encore les deux tiers des habitants du territoire sous mandat britannique. Animés par le grand mufti de Jérusalem (qui demande en 1941 à Hitler de « régler la question juive dans l’intérêt national et populaire, sur le modèle allemand »), les Arabes se retrouvent dans le même camp que les Allemands alors que les Juifs rallient l’armée britannique. »

Quant à la question de savoir si Hitler avait ou non l’intention, à l’origine, d’exterminer les juifs d’Europe, il semble bien que sur ce point Netanyahou n’ait rien dit de bien scandaleux. Il n’est jusqu’à Raul Hilberg, dans son magistral ouvrage « La destruction des Juifs d’Europe » [4] qui n’ait abouti à la conclusion que les nazis ne sont pas arrivés au pouvoir avec un plan bien arrêté de la « solution finale » mais qu’au contraire celle-ci s’est élaborée progressivement, avec d’ailleurs pas mal d’improvisations, de tâtonnements et – si on ose le mot – de cafouillages.

Le premier problème auquel apparemment les nazis n’avaient pas pensé, c’est que les Juifs qui, sous la pression de persécutions croissantes, quittaient l’Allemagne, dans les premières années après l’instauration du régime hitlérien, avaient tendance à s’établir dans des pays limitrophes. De sorte que quand le Reich a successivement envahi ces pays, il a récupéré les Juifs qu’il avait chassés peu avant, ce qui n’était pas exactement le but de la manœuvre. Ils ont donc progressivement fait évoluer leur dispositif, jusqu’au summum de l’horreur que l’on sait.

C’est aussi la conclusion à laquelle est arrivé l’historien Ian Kershaw [5]. Ainsi l’adoption du système d’extermination industrialisée dont Auschwitz est devenu l’archétype – et auquel Netanyahou se réfère implicitement dans son discours – a notamment découlé des troubles psychologiques qui se faisaient jour parmi les tueurs nazis qui, avant l’adoption des chambres à gaz, procédaient à « la Shoah par balles» , à savoir des exécutions massives avec des armes à feu, au bord de fosses communes où les cadavres s’empilaient.

Le recours à des procédés où les tueurs nazis n’étaient plus autant en contact direct avec les cadavres, et où des prisonniers devaient se charger eux-mêmes des tâches les plus éprouvantes du processus d’extermination étaient une réponse à ces problèmes et à la volonté d’améliorer la « productivité » de la machine d’anéantissement des  Juifs et autres « inférieurs ».

On voit donc mal comment le mufti aurait pu, en 1941, en deux phrases, convaincre le Führer du IIIème Reich de «brûler les Juifs», alors que les techniciens nazis mirent très longtemps à mettre au point les modalités pratiques de l’acheminement et de la mise à mort de centaines de milliers d’êtres humains – pas tous juifs, d’ailleurs – et qu’en outre ce n’est pas par les flammes qu’ils périrent mais par le gaz Zyklon B.

Et, puisque Netanyahou impute aussi au Grand Mufti d’avoir empêché le sauvetage des juifs allemands auquel, à l’en croire, Hitler eût été tout disposé si un méchant Palestinien ne s’en était pas mêlé, il vaut la peine de se pencher sur ce qu’écrit Raul Hilberg [6] à ce propos :

«Le sauvetage le plus efficace est l’action déclenchée avant que le seuil dangereux ait été atteint. Dans le cas des Juifs, il consista à émigrer avant l’ouverture du conflit. Toutefois, deux facteurs décisifs limitèrent la migration avant la guerre. Le premier fut l’incapacité que montrèrent les Juifs d’Europe à prévoir l’avenir. Le second fut le nombre réduit des structures d’accueil proposées aux émigrants en puissance. La majeure partie de la surface du globe n’offrait aucune base économique pour une vie nouvelle et productive, et les deux pays qui avaient constitué, historiquement, les objectifs les plus accessibles à une émigration juive, c’est-à-dire les États-Unis et la Palestine, étaient bardés de restrictions d’entrée.

Aux États-Unis, le quota annuel d’émigrants était établi d’après la formule suivante :

Quota annuel de personnes
admissibles nées dans un pays donné

 =

Population des USA en 1920 dont on
pouvait retrouver « le pays d’origine »

150.000

Population totale d’ascendance européenne
européenne aux USA en 1920

Le 28 avril 1938, les « quotas d’immigration par pays d’origine » se définissaient comme suit [7] :

Grande-Bretagne

65.721

 Allemagne (y compris l’Autriche)

27.730

 Irlande

17.853

 Pologne

6.524

 Italie

5.802

 France

3.086

 Tchécoslovaquie

2.874

 URSS

2.712

 Belgique

1.304

 Hongrie

869

Jusqu’en 1939, les États-Unis offrirent un refuge immédiat aux Juifs allemands et autrichiens qui voulaient émigrer et qui pouvaient payer le prix du voyage en train et de la traversée. Cette année-là, le nombre de demandes excéda le quota attribué aux Allemands et de nombreux Juifs polonais vivant sur le territoire du Reich-Protektorat, qui étaient soumis au quota beaucoup plus faible attribué aux Polonais, se retrouvèrent sur une longue liste d’attente.

Les Juifs devaient donc compter aussi sur la Palestine. Là, toutefois, ils se heurtèrent aux difficultés en tous genres créées par la politique britannique au Moyen-Orient. (…)»

Une conclusion s’impose d’elle-même : si davantage de Juifs allemands, autrichiens, polonais, etc.  n’ont pas trouvé refuge à l’étranger, loin d’Hitler, c’est beaucoup plus parce qu’on ne se bousculait pas pour les accueillir (d’autant que les nazis les dépouillaient de leurs biens) que parce que El Husseini avait prétendument demandé à Hitler de les brûler.

Si peu désireux que le Grand Mufti ait été de voir les Juifs allemands débarquer en masse en Palestine, il ne faisait d’ailleurs jamais qu’adopter la même position que le Président des États-Unis et la quasi-totalité des autres chefs d’État ou de gouvernement. À ceci près qu’il n’était pour sa part maître d’aucune politique d’immigration puisque la Palestine était sous mandat britannique.

Pourquoi donc, par exemple, Benjamin Netanyahou omet-il de rappeler que le Congrès des États-Unis refusa, en 1939, de voter un projet de loi visant à l’admission de 20.000 enfants supplémentaires ? [8]

Pour conclure, rappelons – en faisant appel à Cécile Winter [9] – que tout ceci n’est qu’une manifestation à tout prendre classique assez banale du cynisme avec lequel les dirigeants sionistes ont cherché à tirer profit, dans tous les sens que le mot peut avoir, de l’extermination par les nazis de millions d’êtres humains, parmi lesquels une forte proportion de juifs.

«Couvrir d’un voile épais l’histoire réelle du rapport des uns et des autres à l’extermination des juifs d’Europe était tout particulièrement bienvenu pour les sionistes ayant pris pied en Palestine. Leur but suprême était de créer leur État, et, dès les années de guerre, leur ligne de conduite, consciente et déterminée, fut claire : de cette malheureuse affaire tirons le maximum de bénéfice. Les premiers chapitres du livre de Tom Segev, Le Septième million, paru en 1991, font là-dessus pleine lumière. Les dirigeants sionistes eurent sur le champ clairement conscience du formidable bénéfice moral que la destruction des juifs d’Europe pourrait léguer à leur futur État. C’est en effet dès 1942 [*], rapporte Tom Segev, que le projet du futur mémorial de Yad Vashem fut élaboré. (…) Il n’y eut pas de manifestation plus claire, plus vulgaire et plus macabre que cette tendance à penser le génocide au passé : alors que le yishouv [11] discutait de la meilleure façon de commémorer leur souvenir, la plupart des victimes étaient encore vivantes [*] ».

Pour les leçons d’histoire et de morale, M. Netanyahou et ses amis ne seront décidément jamais nos fournisseurs favoris.

Notes

[1] Ed. La Découverte, 2004
[2] Schmuel SEGEV, « Eichmann on the Mufti », Ma’ariv 10 mars 1961
[3] Voir par exemple Davar, 25 mai 1961, Ma’ariv, 5 juin 1961.
[4] Folio Histoire – 3 volumes
[5] Voir Ian Kershaw « Qu’est-ce que le nazisme ? » – Folio Histoire N°83 et « Hitler » – Folio Histoire N° 104
[6] La destruction des Juifs d’Europe – vol III, pages 2064 et suiv.
[7] nous ne reproduisons ici que quelques pays, les plus importants, sur un total de 21 pays énumérés dans le livre
[8] L’abandon des Juifs : les Américains et la solution finale – Ed. Flammarion 1987
[9] Cécile Winter – «Signifiant-maître des nouveaux aryens – Ce qui fait du mot “juif” une arme brandie contre la multitude des “noms imprononçables”» – in Alain Badiou :  Circonstances 3 – Portées du mot “juif” – Ed. Lignes,2005
[10] Tom Segev – « Le septième million – Les Israéliens et le génocide » – Ed. Liana Levi, 1998
[11] Yichouv : en hébreu « l’implantation juive en terre d’Israël », est un terme utilisé par les Juifs, pour désigner l’ensemble des Juifs présents en Palestine avant la création de l’État d’Israël.
[*] C'est nous qui soulignons

 

 





Courtesy of Pour la Palestine
Source: http://www.pourlapalestine.be/pauvre-netanyahou/
Publication date of original article: 21/10/2015
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=16285

 

Tags: NetanyahouRéviSionismeHolocausteHadj Amin Al HusseinyPalestine/IsraëlEichmannHasbaraPropagande sioniste
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.