TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 10/07/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Les conséquences écologiques du militarisme
Date of publication at Tlaxcala: 16/09/2015
Original: Militarism: the Environmental Cost
Translations available: Deutsch 

Les conséquences écologiques du militarisme

Stop The Arms Fair

Translated by 

 

La guerre moderne (...) a des conséquences tellement destructrices pour l’environnement qu’on peut parler d’holocauste écologique.

 
Examinons-en les différents aspects :
 
Les forces militaires des USA sont responsables pour moitié des émissions d’hydrochlorofluorocarbones (CFC), soit de 13% de la destruction de la couche d’ozone. Les activités militaires sont à l’origine de 10% des émissions de C02. L’ensemble des forces militaires mondiales est responsable des 2/3 des CFC 113 libérés dans la couche d’ozone. Les forces armées US sont le premier pollueur mondial et produisent chaque année autant de substances toxiques que les 5 premières firmes chimiques mondiales réunies. Il est à peine besoin d’évoquer les conséquences environnementales de la guerre : embrasement de produits de pétroliers (par exemple : la plus grave catastrophe pétrolière en Méditerranée) ; les mines anti-personnel et munitions à l’uranium appauvri qui infestent les sols, provoquant morts, mutilations et empoisonnements, déforestations par aspersion de défoliants, incendies de forêt gigantesques, pollution des nappes phréatiques suite à des bombardements sur les évacuations d’eaux usées.
 
 
Les forces armées consomment environ 1/4 (42 millions de tonnes par an) du kérosène utilisé dans le monde, et plus d'aluminium, de cuivre, de nickel et de platine que l'ensemble des pays du Sud globalisé n'en demande. Elles détiennent aussi 1,5 million de km2 de terres de par  le monde, soit l'équivalent de la Mongolie. Encore les surfaces occupées par les entreprises d'armement ne sont-elles pas incluses dans ce chiffre.
 
 
 
Même les manœuvres militaires entraînent de graves pollutions. Les polygones d’essai pour bombes transforment des zones entières en désert. Les installations de tir pour blindés et pour l’artillerie contaminent les sols et les nappes phréatiques avec du plomb et autres résidus toxiques. Leur réhabilitation exige parfois des millénaires. Sans parler des vols à basse altitude qui perturbent les routes migratoires et les comportements de la faune sauvage. Partout dans le monde, la présence de forces armées est le meilleur indicateur des dommages causés à l’environnement. Presque tous les sites d’essais nucléaires ainsi que la plupart des mines d’uranium et décharges nucléaires se trouvent sur le territoire de populations autochtones. Il en va de même pour d’autres activités militaires polluantes. L’armée US (le premier pollueur mondial) est responsable de 27 000 zones classées Seveso situées sur 8500 terrains militaires en activité ou fermés.
 
 

Un groupe de militant-e-s a réussi à pénétrer dans l’ExCel Centre à Londres. Ils ont déployé une banderole de Stop the Arms Fair (Arrêtons la Foire aux armements) devant un obusier destiné à la garde nationale saoudienne, l’Indonésie, et la Thaïlande pour être utilisé au Mali, au Liban et en Afghanistan

Mais même lorsque les forces armées ne sont pas matériellement présentes elles dévastent l’environnement par le biais de l’industrie qui les fournit. Un bon exemple en est les coûts de production de l’aluminium. 30% de l’aluminium produit dans le monde est utilisé par l’industrie de l’armement. La fabrication de l’aluminium est l’un des processus qui causent le plus de dommages environnementaux. L’extraction du minerai - la bauxite - détruit des forêts pluviales et dépossède les peuples indigènes de leurs territoires ancestraux tandis que les produits chimiques empoisonnent les fleuves et les nappes phréatiques. La fonte de l’aluminium nécessite une énorme quantité d’énergie - on emploie de « l’énergie propre » produite  en Islande , où l’on construit des barrages sur les grands fleuves glaciaires, détruisant ainsi le dernier grand espace sauvage européen.

 

 

Quand un camion transportant des équipements militaires pour la grand-messe de l’armement (DSEI) est arrivé en vue, 100 militant-e-s sont descendus dans la rue en scandant « C’est ici que commence l’oppression... C’est ici qu’il faut la stopper ! » 

Et non seulement le militarisme entraîne d’énormes dégâts environnementaux. Mais l’on ne peut disjoindre arbitrairement le militarisme de ces dégâts, car tous deux sont partie intégrante d’un seul et même système de domination, d’oppression et de   destruction, le capitalisme, qui implique la guerre permanente et le complexe miltaro-industriel ; il implique aussi la croissance constante de l’épuisement des ressources, avec les inévitables dégâts environnementaux et l’inexorable changement climatique qu’elle entraîne.
 
 
Pour en savoir davantage: International Peace Bureau Briefing Paper THE MILITARY’S IMPACT ON THE ENVIRONMENT: A NEGLECTED ASPECT OF THE SUSTAINABLE DEVELOPMENT DEBATE

Campagnes britanniques contre l ’armement et les foires aux armements:
 

 

 

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=15936 - See more at: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=15936
Publication date of original article: 01/09/2011
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=15942

 

Tags: DSEIVentes d'armesFoires aux armesLondresMilitarismeDestruction environnementCapitalisme
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.