TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 20/09/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Un cheval de Troie dans la forteresse de l’austérité
Date of publication at Tlaxcala: 09/07/2015
Original: A Trojan Horse in the Home of Austerity
Translations available: Português/Galego  Italiano 

Un cheval de Troie dans la forteresse de l’austérité

Pepe Escobar Пепе Эскобар

 

La Grèce a inventé la démocratie. La mythologie grecque a poli le miroir dans lequel l’Occident se regarde. La Grèce a même inventé la dénomination de cette péninsule asiatique : Europe

«De nos jours, seuls les criminels ont l’audace de nuire à autrui sans l’aide de la philosophie»
Robert Musil, L’Homme sans qualités

L’Odyssée raconte qu’il a fallu dix ans à Ulysse pour rentrer chez lui après la fin de la guerre de Troie. Ses descendants font aujourd’hui l’histoire dans le foyer d’origine de la démocratie. Et ils ne vont nulle part. Ils ont déjà placé leur cheval de Troie dans la forteresse de l’intolérance et de l’austérité. Il n’y a pas de retour en arrière après la restauration de la dignité. Et si les Muses s’en chargent, la drachme reviendra.

Les soi-disant "institutions" de l'UE – de concert avec les politiciens des pays riches de l'Union européenne, d'une médiocrité cosmique – se sont comportées comme des barbares tout au long du voyage, ce qui montre à quel point l'ensemble du machin kafkaïen de l'UE a une haine viscérale pour la démocratie.

Bruxelles et Berlin ont prouvé qu’ils sont dans la continuité du business des changements de régime. Parodiant les exploits des exceptionnalistes en Irak en 2003, ils prônaient la destruction d’un gouvernement démocratiquement élu en Europe par un Shock and Awe [Choc et effroi, ou doctrine de « domination rapide », est une doctrine militaire basée sur l'écrasement de l'adversaire à travers l'emploi d'une très grande puissance de feu, NdE] économique. Ils salivaient à l'idée d’imposer une austérité renouvelée à un gouvernement technocratique intérimaire non élu.

La semaine dernière, une campagne impitoyable visant à semer la peur – déployée par Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, et le président de la Commission européenne et opportuniste certifié Jean-Claude Juncker – a affirmé que le vote non signifierait un Grexit [sortie de la Grèce de l’Europe, NdT]. Maintenant, la possibilité réelle d’un Grexit menace de détruire l’euro.

La plus grande peur de ces politiciens d’une médiocrité cosmique est que d’autres démocraties européennes – à commencer par l’Espagne à l’automne – emboîtent résolument le pas à la Grèce en disant non à l’obsession de l’austérité.

Le simple fait que cela se produise, déjà, est l’acte d’accusation ultime contre la troïka, dont les costards à taille unique enfilés aux économies des pays membres on toujours conduit à la récession, au chômage et à la pauvreté généralisée. Leur notion de l’Europe est morte et enterrée.

Le retour du Cheval de Troie, par Rico Schacherl, Afrique du Sud

 

 

Tout est insoutenable

Maintenant, c'est vraiment l'heure des Thermopyles. Tue ou meurs. Il n'y a pas de feuille de route, encore, sur la façon dont la Grèce peut survivre dans la zone euro sans faire éclater sa société déjà meurtrie et malade. Cela impliquerait la fin des politiques profondément anti-européennes.

Le sommet de ce mardi de la chancelière Merkel avec le président français Hollande révèle le désespoir de dernière minute des politicards à la médiocrité cosmique. Merkel court maintenant un risque réel de passer à l’histoire comme celle qui a provoqué le Grexit. Et un Grexit – aussi douloureux que cela puisse être – reste une solution.

La dette de la Grèce est absolument insoutenable – comme on dit en novlangue. Une certaine forme de restructuration est inévitable. Cela signifie qu’un nouveau plan de sauvetage doit être élaboré par les ministres des Finances de la zone euro. Cela peut prendre des semaines pour concocter un nouveau deal. À court terme, la Banque centrale européenne (BCE) est sur une corde raide, ayant à décider quoi faire du système bancaire grec.

Le peuple grec a bénéficié de moins de 10% des 240 milliards d'euros des plans de sauvetage précédents. 90% de cet argent a servi essentiellement à renflouer les banques commerciales allemandes et françaises – la Grèce ayant dû souscrire des prêts d’urgence pour les payer. Et pour obtenir ces prêts, Athènes s’est vu imposer une austérité effroyable par un néolibéralisme déchaîné.

Tout porte à croire que la zone euro va continuer à employer les grands moyens. Même si le FMI lui-même admet qu’un certain allègement de la dette est inévitable, et même si Mme Merkel elle-même, avec un peu d’espionnage de la NSA publié par Wikileaks, a admis (en octobre 2011, déjà) que la dette de la Grèce était insoutenable.

La dette du gouvernement grec est encore un énorme montant de 320 milliards d'euros[dont 150  imposés pour acheter des armes aux USA, en France et en Allemagne, NdT], dont 78% sont détenus par la troïka. Et la troïka est tentée de serrer la vis encore plus – utilisant maintenant la tactique des distributeurs automatiques de billets vides pour provoquer un changement de régime. Pourtant, cela peut provoquer un retour de flamme et précipiter – quoi d’autre? – le Grexit.

Et le Grexit ne sera que le début d’une nouvelle tragédie inspirée par Sophocle. Dès lors qu’un pays rompt avec la monnaie unique, l’union monétaire elle-même est totalement exposée. Le Déesse (néolibérale) du Marché cherchera avidement sa prochaine victime – Espagne, Italie, Irlande.

Le cheval de Troie de la démocratie se trouve maintenant, silencieux, dans la forteresse de l’austérité. La bataille est sur le point de commencer.





Courtesy of Le Saker francophone
Source: http://sputniknews.com/columnists/20150706/1024268950.html
Publication date of original article: 06/07/2015
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=15207

 

Tags: Grèce Référendum Austérité Révoltes logiquesZone EuroUErope Eurogroupe Europe
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.